Le calotype

Le calotype, inventé en décembre 1840 par l'anglais William Henry Fox Talbot, est contemporain du daguerréotype. Il s'agit d'un procédé de prise de vue négatif sur papier, avec développement physique de l'image latente, et tirage du, ou des positifs, sur papier salé. Après un départ difficile, car, contrairement au procédé daguerrien, il faut payer une patente pour l'utiliser commercialement, le procédé sur papier connaîtra un essor considérable. Ce qui lui est reproché au début - la réduction des valeurs, la granulation de l'image - va devenir le signe d'un point de vue “artistique”. L'emploi de ce terme est du à l'interprétation des valeurs par masses d'ombres et de lumières, technique fréquente en dessin ou peinture. Il suffit de penser au papier gris sur lequel on dessine aux craies blanche et noire, matérialisant l'image avec seulement trois tonalités.

Intérêt du procédé calotype

A l'origine

Dès son invention, le calotype présente des caractéristiques qui le destinent aux tirages multiples.

Aujourd'hui

Aux qualités que je viens d'évoquer s'ajoutent :

 

 Cliquez pour accéder au tutorial

Mode d'emploi

 

© Alain Gayster

Page précédenteMenu textesPage suivante